Publication : revue du GRAINE

Commentaires fermés sur Publication : revue du GRAINE
Cet article est issu de la revue du GRAINE : Réseau d’éducation à l’environnement
en Poitou-Charente

Le dispositif se poursuit aujourd’hui dans le territoire transfrontalier de la Thiérache (Thiérache santé prévention, Interreg IV) et en Picardie dans le cadre d’une action multipartenariale sur la nutrition dans trois territoires. École 21® a été évalué par l’Institut national de la prévention et de l’éducation pour la santé (Inpes).

Dès sa conception, École 21 a intégré les valeurs de l’Éducation pour la santé (PS) et de l’Éducation à l’Environnement et au Développement Durable (EEDD). Partagées par les deux approches, se trouvent par exemple la volonté de co-construire les programmes d’action dans l’ensemble des partenaires de la communauté éducative, l’expression et le renforcement du pouvoir d’agir.

Le dispositif a été implanté dans vingt-et-une écoles de France et de Belgique, dix-neuf ont mené le programme jusqu’à son terme. L’idée était que les actions mises en place répondent à la fois et en même temps aux deux registres de l’EPS-PS et de l’EEDD au sein des établissements scolaires.

Plusieurs facteurs facilitant ou entravant la mise en place du programme ont été rencontrés. Au titre des obstacles, on notera la méconnaissance à la fois de la promotion de santé et du développement durable ; réduit aux soins pour la première, et au tri sélectif pour le second. L’absence de financement pour les actions menées en établissement a été aussi un frein. Enfin, le turn-over des professionnels des établissements peut être un vrai danger et a mis à mal le programme dans certains cas

«Faire ensemble»

Les facteurs facilitants se marquent par le volontariat des chefs d’établissement et la mise en place d’une démarche de projet (personne référente, équipe projet, diagnostics, objectifs, plan d’action…). L’accompagnement par les équipes de promotion de la santé, agissantes comme tiers extérieur, a été d’un indéniable soutien aux établissements et aux équipes projets.
Leurs fonction d’ingénierie de projet, de recherche et de mise à disposition de ressources, de rappeler les échéances, a permis au dispositif de s’implanter dans de bonnes conditions.
Le fait qu’École 21 ne soit pas un référenciel à suivre mais un cheminement à co-construire a permis aux établissements de s’y glisser avec facilité et d’y capitaliser le travail et les actions antérieurs,

«École 21 est un programme prometteur en EPS-PS et EEDD dans la mesure où il facilite les partenariats multiples au sein de l’école elle-même.»

La nutrition, la communication non-violente, le renforcement des compétences psycho-sociales ont été les thèmes porteurs et partagés par la majorité des École 21. Issus des diagnostics, ils répondaient aux préoccupations locales en adéquation avec les politiques publiques menées par ailleurs. Au titre des réalisations, on pourra noter la création de jardins pédagogiques, la gestion des déchets, l’activation de circuits courts pour les achats des écoles, la création de foyers pour les élèves voire d’espaces de rencontre pour les parents d’élèves. La réalisation de deux journées d’échange entre les École 21, dont l’une a rassemblé 450 élèves, a été un réel avantage du programme en ce qu’il a permis, si ce n’est la mise en réseau des établissements, du moins des échanges de leurs pratiques.

Au delà de l’éducatif, École 21 s’ancre aussi dans les disciplines pédagogiques autour des enjeux du socle de compétences et de connaissances et dans l’aménagement des locaux et des abords immédiats des établissements.

Le déploiement d’École 21 doit mobiliser un partenariat plus large que dans la phase d’expérimentation. Limité à la promotion de la santé, son ouverture vers l’EEDD doit être plus évidente et un partenariat entre les IREPS et les structures du développement durable doit être concret.

École 21 est un programme prometteur en EPS-PS et EEDD dans la mesure où il facilite les partenariats multiples au sein de l’école elle-même. Il reste cependant fragilisé par le fonctionnement même de l’institution scolaire, tout changement dans le personnel peut porter atteinte au bon déroulement du programme voire l’arrêter. son déploiement doit reposer sur la recherche de personnes relais, tant dans l’établissement que dans son environnement, que dans le milieu associatif partenaire.

Par Philippe Lorenzo et Doris-Rose Kangne, Ireps de Picardie.

© 2017 Ireps de Picardie